L'un de mes deux hébergeurs de documents m'a lâchée, si vous constatez des liens inactifs, merci de me le signaler et je les rétablirai au plus vite!

lundi 16 novembre 2015

Être enseignant, ce matin.

Ce matin, je me suis réveillée, comme d'habitude, avec la radio. 

Ce matin, comme souvent, ils parlaient de nous les enseignants. Nous qui, ce matin, devions faire ci, et faire ça, et puis aussi faire ça, mais ne surtout pas faire ça, aujourd'hui, après ce 13 novembre 2015. 

Ce matin, nous devions porter une attention toute particulière à la sécurisation de l'école, aux entrées et aux sorties. Nous devions laisser les élèves parler, les aider à comprendre, les rassurer, être bienveillants, désamorcer les amalgames, neutraliser toute émergence de racisme, être vigilants à toute forme de radicalisation, veiller à la compréhension et au respect de la minute de silence.

Ce matin, en me levant, j'étais en colère. 

Quelle pression nous avions sur les épaules, ce matin!
J'avais l'impression que sur nous reposait la santé mentale de tous les petits français. 
Que sur nos épaules reposaient la sécurité de notre pays pour les années à venir. 
Ces gens nous disaient quoi faire, et parlaient comme si nous étions des robots, des enseignants sans vie en dehors de l'école, sans sentiments, sans émotions, capables de traiter tout ça froidement avec les enfants.
 

Ce matin, et comme tous les matins, nous n'étions pas des robots, et nous aussi nous étions touchés. Et pourtant, ils nous a fallu en parler ce matin, et avec le plus difficile des interlocuteurs: avec des enfants. 

Ce matin, certains d'entre nous avaient encore besoin d'en parler, beaucoup, pour surmonter. 
Ce matin, d'autres n'avaient pas envie d'en parler, avec personne, et surtout pas des enfants, avec qui nous devons prendre d'infinies précautions, devant qui nous ne devons pas laisser libre cours à la peur, la colère.

Ce matin, j'ai été très en colère, alors que je n'avais pas encore posé le pied par terre. Et après, j'avais la nausée.



Ce matin, tous les enseignants de France ont fait de leur mieux. Avec leur vécu, leurs émotions, leurs mots à eux, leurs réactions spontanées, leurs tripes. Et ils ont espéré, vraiment, que ça changera, un peu, les choses.







Je tire mon chapeau à tous les enseignants qui se sont retrouvés face à 30 paires d'yeux ce matin. Je n'ai pas de classe à moi, mais ça a tout de même été très difficile.
Je tire encore plus haut mon chapeau à tous les remplaçants, qui ont du s'adonner à cet exercice face à 30 enfants... qu'ils ne connaissaient pas.
Et je tire aussi mon chapeau à ces policiers, ces infirmiers, ces médecins, ces pompiers, ces journalistes...

18 commentaires:

  1. Merci d'avoir mis des mots sur ce que nous étions nombreux je pense à ressentir ce matin...

    RépondreSupprimer
  2. j'ai pensé à vous les collègues ce matin et j'ai appréhendé car j'étais dans le cas "remplaçant qui ne connait pas les élèves". Au final, sage décision, les formations ont été annulées afin que les enseignants référents soient présents auprès de leurs élèves. Comme toi, je tire mon chapeau....

    RépondreSupprimer
  3. tout ceci est tellement vrai...tellement juste.... merci d'avoir formulé ce que nous sommes certainement nombreux à avoir ressenti... en tout cas c'était mon cas, pas prête à parler et pourtant il le fallait...

    RépondreSupprimer
  4. Oh ! Thank you Teacher... "Je suis Charlotte !"

    RépondreSupprimer
  5. Et aussi pour la première fois, une appréhension pour venir à l'école...

    RépondreSupprimer
  6. Waw... merci, c'est tellement bien exprimé.
    J'ai partagé sur mon FB perso. Encore merci :)

    RépondreSupprimer
  7. Merci d'avoir mis des mots sur cette émotion qui ne me quitte pas et qui me noue la gorge depuis ce week-end...

    RépondreSupprimer
  8. Très bel article Charlotte, merci !

    RépondreSupprimer
  9. Ce midi ça fait du bien de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la base c'était pour vider mon propre sac, mais si en soulage d'autres, tant mieux...

      Supprimer
  10. Merci d'avoir si bien exprimé ce que nous ressentons. Il fallait que ça sorte, il fallait que je te lise!

    RépondreSupprimer
  11. Merci Charlotte ! Je ne lis ton article qu'aujourd'hui et l'émotion remonte... Il est vrai que la journée de lundi a été particulièrement difficile mais on n'a pas eu le choix, il a fallu prendre sur soi malgré l'émotion... Merci donc pour ce bel article qui exprime bien ce que nous ressentons tous !

    RépondreSupprimer
  12. je viens tardivement te dire merci pour ces mots
    bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  13. Je viens de tomber sur ton article et je retrouve tout dedans, les émotions remontent aussi. Merci, lire tes mots forts c'est bien...

    RépondreSupprimer

Cliquez sur "Nom/URL" ci dessous pour entrer votre pseudo et l'adresse de votre blog!

MERCI pour votre commentaire! :)